• 1 Qui trouve le blog tout seul

     

     

    1 Qui trouve le blog tout seulIl s'agit de Daniel Grouzet voici le petit mot qu' il a laissé: 

    né en 1951 je suis arrivé dans les années 60 dans cet etablissement ou j'ai appris tous les sentimants de la vie1 Qui trouve le blog tout seul

     

    la gentillesse douteuse ( caresse tres appuiées) de M Pronoste la violance de l'instite en blouse grise de 7eme qui ne savait parler aux

    enfant que par des cris

     

    et les innevitable giffle de fin de semaine( mes note ne m'evitaient jamais le fameux bultin blanc)

     

    et j'ai un souvenir d'une memorable fessée en plein milieu de la coure 3années a franchot ont été une misere don j'ai encors les trasse 

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 11 Mai 2014 à 19:58

    Peut-être n'a-t-il pas assez appuyé les caresses pour vous enseigner l'orthographe, la conjugaison...des fautes a chacun de vos mots prouvent qu'il eut été difficile de ne pas crier pour vous faire entrer quelque chose dans la tête. Mon Grand-Père puisqu'il s'agit de Monsieur Pronost   sans E à la fin, se moque bien de tous vos inepties. Sachez cependant que j'ai bien reçu de lui, une gifle magistrale donnée en pleine classe devant tous les élèves parce qu'un noir qui s'appelait Black m'avait traité de raciste, raison qu'il a évoqué et qui n'était pas du tout la source de notre différent. Cette injustice et la honte que j'ai eu m'a appris beaucoup sur le genre humain en général et sur les Franchots en particulier...

    2
    Lundi 12 Mai 2014 à 00:28

    Je dois reconnaitre que je suis assez fort pour les fautes d 'orthographes, mais le blog est pour les bons les moyens & les très mauvais. Que vous défendiez votre grand père c'est bien mais ce n' est pas la première fois que j’entends parler de lui de cette façon & mes souvenirs sont les mêmes " ( caresse tres appuiées) " alors peut être pas pédophile mais bizarre  

    3
    h.denavarre
    Lundi 12 Mai 2014 à 12:21

    A  l'attention de prodo28, vous avez eu un différend( sans T, mais avec un D). Votre grand-père vous a inculqué certaines valeurs civiques que vous avez malheureusement mal comprises! Je pense qu'il vous reste encore beaucoup à apprendre sur le genre humain comme vous le dites! Que vous n'admettiez pas les critiques et les faits, est une chose! Que vous salissiez l'ensemble des" Franchots", prouve qu'il vous reste un long parcours à effectuer.


    Recevez, prodo28, les cordiales salutations d'un ancien "Franchot" Richard BORELLI

    4
    Mardi 13 Mai 2014 à 23:40

    Pas connu Pronost, j'ai commencé en CM2 avec le père Muraille qui avait un autre genre de caresses appuyées ! Mais avec parfois jusqu'à 52 gamins devant lui…je lui pardonne volontiers ce que je ne ferais pas pour le directeur à qui le claquerais bien le museau, à mon tour aujourd'hui, s'il n'était pas mort. Mais il paraît que les claques sur la gueule sont encore choses assez courantes dans ce bon pays de France ! Au Québec c'est poursuites assurées pour les parents comme pour les enseignants. Est-ce mieux ? Pas certain, mais chose sûre, pour moi, ce n'est pas la façon idéale d'ouvrir l'esprit d'un enfant au beautés du monde.

    Bien à vous du Québec.

    JP.

    5
    Mercredi 14 Mai 2014 à 11:19

    A l'intention de h.denavarre: bien d'accord avec vous , les caresses étaient de mise dans cette pension et particulièrement de Mr Pronost.

    6
    Mercredi 14 Mai 2014 à 11:23

    Je recherche toujours un éléve de Franchot entre 1956 et 63 ayant fait une fugue en triporteur volé en pyjama avec moi, gros souvenir  a bon entendeur !

    7
    KKH
    Mardi 20 Mai 2014 à 08:17

    Chaque personne a vécu des expériences différentes à Franchot  .

     

    Voici la mienne publiée le 22 septembre 2010 sur l’ancien Blog.

    Bonjour à tous les anciens survivants de Franchot.

    Le superbe récit du prof archiviste de l’institution Moreau, Monsieur Lorcet ci-joint, m’a permis de comprendre l’attitude de Monsieur Bouteilly, j’ai comme le désagréable sentiment, que les 3 frères faisaient une course à la disciple de fer, aux sévices corporels, et aux vexations en tous genres, pour savoir, lequel serait le plus rigide, le plus intransigeant ou le plus sadique. Je sais maintenant pourquoi il y avait dans cette institution un tel ramassis de fachots, pédophiles, caractériels et autres ivrognes, il reproduisait dans son établissement, son micro cosse familial. Vous trouverez ci-après mes souvenirs, que j’avais envoyés sur l’ancien Blog de Joan en février 2009, ils sont la dure réalité de l’éducation dispensée à Franchot. Il ne s’agis pas rétrospectivement de régler des comptes, mais de faire connaître mes expériences, réflexions et souvenirs, qui 50 ans après, me sont revenus en mémoire. Tout d’abord pour me situer, j’ai eu la chance toute relative d’être externe dans cette établissement, et d’avoir eu des grands parents très patients pour m’élever, j’habitais à l’époque à Thiais et je restais à l’étude du soir, j’ai usé les fonds de mes pantalons de 1955 à 1961 dans cette institution.

     Je n’ai que très peu de souvenirs de l’année 1955 et de Mademoiselle Chevalier, si ce n’est, la lecture de la morale écrite au tableau noir, et la récitation des tables de multiplication après chaque récréation, debout devant notre place.

     L’année 1956, dans la classe de Madame Châtaignier, je me souviens d’une personne qui criait beaucoup et qui me tirait à l’occasion les cheveux ou les oreilles suivant son humeur, afin de me faire sortir de la léthargie et la rêverie dans lesquelles j’aimais à me répandre, mais dans l’ensemble, elle était juste et connaissait bien son métier.

     L’année 1957, dans la classe de Monsieur Pronost à été pour moi la meilleur année passée à Franchot Monsieur Pronost était un excellent pédagogue, qui était patient et savait nous faire partager ses connaissances, encore merci à cet homme intègre et généreux.

     Les années 1958 et 1959, devenu cancre, impertinent, et je-m’en-foutisme, comme ils disaient à l’époque, j’ai eu le privilège de passer ces 2 ans dans la classe de Monsieur Muraille, ou je suis devenu imperméable et rebelle à tout enseignement, ce professeur caractériel, en blouse grise et béret sur le coté, souvenir de la dernière guerre qu’il avait du perdre, adepte du lancement de clefs, champion du froissement d’oreilles, tirage de cheveux et autres coups de règle, il n’était visiblement à sa place pour enseigner.

     L’année 60, avec Monsieur Mercier, j’étais toujours dans le même état d’esprit, mes parents pour faire remonter ma moyenne, me faisaient donné des cours particuliers, ils se déroulaient sa classe le midi après le déjeuner, nous étions 2 ou 3 élevés lors de ses séances de rattrapage, il valait mieux ne pas se retrouver seul avec lui, car ce pédophile notoire avait tendance à dispenser son enseignement avec des mains baladeuses, et certains en ont fait la douloureuse expérience. Tous les mercredis il apportait sa radio pour nous éveiller à la musique classique, je me souviens parfaitement avoir écouté mon premier morceau de musique classique, c’était la Moldau de Smetana. Toujours est-il que cette année-là je passais en candit libre avec succès mon certificat d’étude, et je figurais dans la liste officielle des lauréats de Franchot qui affichait un taux de réussite de 100%.

     L’année 61 classe de Monsieur Hardi qui me laisse un souvenir d’un homme indolent épris de boisson et souvent entre deux vins, mais dans l’ensemble plutôt sympathique, il ramenait son vin dans une gourde transparente et je me rappel que devant les insinuations de plus en plus précises, qui circulaient dans l’établissement, sur son alcoolisme, il nous avait confectionné une dictée sur mesure contre les méfaits de l’alcool.

    KKH

    8
    duchemain
    Mardi 20 Mai 2014 à 19:28

    je me suis trouve en 8e dans la classe de Mr Pronost pas de probleme .part contre avec le maitre de la 7e....attention les mains

    9
    h.denavarre
    Jeudi 22 Mai 2014 à 18:25

    Merci à KKH pour ce descriptif détaillé et cette analyse sommaire de l'état d'esprit de l' institution et des sévices infligés par(paix à son âme)le directeur de l'époque. Je pense que vous voulez parler de "microcosme" familial( le micro-cosse étant assimilé à des composants électriques/électronique, quoique un petit coup de "gégène" aurait été largement mérité pour "certains"he). Concernant monsieur Pronost, je ne l'ai pas eu comme instituteur et ne peux donc pas me prononcer sur lui!


    Par contre, j'ai effectivement et à plusieurs reprises tant sut le blog de Joan, que celui repris par Christian, détaillé les agissements de (paix à son âme)l'ancien directeur et de ses distributions de claques lors de la remise des notes. Mais aussi de sévices et punitions que nous devions supporter en tant qu'interne, car je le fut de septembre 66 à 69, sous le n° d'internat 96.


    J'ai décrit les années avec monsieur Muraille(sadique, revanchard, caractériel), monsieur Mercier(avec un léger penchant pour les jeunes blondinet fragile), qui était aussi un très bon instituteur et monsieur Lebreton qui fut un excéllent professeur de 5è, ouvert, intelligent très nouvelle génération post 68! sans parler de monsieur Keller. J'ai oublié le nom du prof de dessin industriel et celui d'anglais. Le prof de musique étant monsieur Bouteilly, la Marseillaise du certificat d'étude).


    Je me souviens de certains surveillants généraux qui avaient eux aussi quelques déviances et d'un en particulier que l'on avait surnommé "blaireau", petit musclé avec une grosse cylindrée, qui passait ses nerfs le week-end sur les collés(parce qu'il était obligé de rester à l'internat.


    Ah que de bons souvenirs, bien à vous KKH, que je n'ai pas le plaisir de connaitre et cordiales salutations aux Franchots. A toi, Christian, qui ne répond même plus à mes courriels!

    10
    Vendredi 23 Mai 2014 à 00:13

    Le prof de dessin s'appelait Monsieur Louvel ou Nouvel, petit brun maigre très sympa, c'était le seul moment où c'était un peu le bordel dans la classe (de 61 à 68. A partir de la 6ème du moins…classe inutile aux yeux de B. pour qui l'Art devait être de la chnoutte ). Le père Muraille nous foutait des tourlousines le Bic rouge entre les dents en vociférant, nous traitant de tous les noms ! Une fois les deux mains sur la tête pour se protéger on rigolait par en dessous mais le sournois nous filait des baffes en passant par en dessous. Nous autres, petits cons, pendant ce temps là lui faisions des taches d'encre violette sur le cul de sa blouse grise ! Jusqu'au jour ou B. s'en est aperçu…résultat il a fallut se cotiser pour lui en payer une neuve…aussitôt baptisée ! La classe de 7ème était la seule classe où le soleil rentrait quelques minutes sur le coup de 3-4h il me semble dépendant la saison bien sûr.

    Il y a eu un nommé Diroux qui à fait un an en 6ème ainsi qu'un certain Dupont qui nous a enseigné l'anglais un trimestre en 6ème itou…sursitaire, il partait faire son service. Je l'ai regretté parce que l'anglais avec M. Keller et son accent alsacien…un bon bonhomme pourtant.

    Un autre qui a fait un an, M. Drey ou Rey, petit,  trapu, brun comme un bandit Calabrais…pas à se plaindre, je l'ai eu en 4ème. C'est même grâce à lui (et à moi aussi sans doute !) que j'ai été 1er en compo trimestrielle ! B. en était comme deux ronds de flan !

    Mercier…moi j'ai bien aimé. Non non, il ne m'a jamais chatouillé la rondelle ! Ce que j'aimais chez cet homme c'était son savoir, son érudition. Savoir le latin, le grecque ancien, l'italien, l'espagnol, l'anglais, un peu d'arabe et la musique…que voulez vous, moi, ça me scie ! J'ai toujours pensé que ce devait être un moine défroqué ou une affaire dans le genre. Le seul avec qui j'aurais aimé parler 20 ans plus tard.

    Et ce pauvre père Hardy qui n'a jamais réussi à me faire aimer les maths ! Disciple de Bacchus et sourd comme un pot. Il portait un sonotone, de temps en temps il tripotait un peu le volume…un jour en 3ème nous nous sommes mis tous d'accord, enfin une partie de la classe, pour faire du mime et silence total dans la pièce…et ce pauvre Hardy qui joue avec sa pile et qui nous regarde ne comprenant pas ! C'est cruel les enfants parfois. Il nous l'avait dit, au final c'est nous qui avons eu l'air con ! Mais je n'aime toujours pas les maths !

    Mais personne ne parle de "l'ami Fritz", le bedonnant tapis brosse de prof de gym !

     

    11
    h.denavarre
    Vendredi 23 Mai 2014 à 19:40

    Merci beauphoebus pour ces rappels, effectivement monsieur Louvel, super prof de dessin! Concernant monsieur Mercier, j'ai souvenir de cours particuliers à 3/4 élèves, ce professeur avait une grande et belle intelligence et il fut aussi un excellent professeur(malgré certaines attitudes un peu ambiguës! Je n'étais pas un "petit blondinet" et pas du tout à son goût. Mais je reconnais avoir assisté à certaines scènes et certaines félicitations un peu "trop" appuyées chez des têtes blondes! Ce qui n'enlève rien aux qualités de ce personnage(Latin, musique, rappel qu'il aimait l'anglais, mais que la plus belle langue au monde était l'italien, le frottement singulier et un peu efféminé de ses mains???). Moi aussi peut-être quarante plus tard...


    Merci aussi pour le prof d'anglais, son accent alsacien..., celui qui tenait la boutique à bonbons, lui aussi une belle figure sympathique monsieur Keller. Comme quoi, il n'y avait pas que du mauvais à l'institution!


    Douloureux souvenirs des distributions de claques lors de la remise de notes par feu le dirlot, il nous alignait sur l'estrade et prenait du recul, nous ne devions pas esquiver ni reculer(sinon rebelote on avait droit à une 2ème ou 3ème tournée) ensuite avec un magistral élan il abattait son immense pogne sur nos fragiles oreilles. Très douloureux souvenirs des sévices corporels le soir au dortoir si nous n'avions pas été sages au réfectoire,à l'étude, à la douche commune...(règles sous les genoux pendant des heures avec mains sur la tête dans les couloirs des dortoirs du 1er et 2è étages .


    Trés douloureux souvenirs pour les internes qui n'avaient pas la chance de rentrer chez eux en fin de semaine et qui restaient à l'internat avec certain "surgé"(blaireau: petit et musclé, vicieux et adepte de la correction. Tellement façile sur des momes, sûrement un grand courageux!), qui l'avait mauvaise d'être consigné pour surveillance et sécurité de l'internat.


    Pouvez-vous donner plus d'information sur celui que vous appelez "l'ami Fritz", la desription du bonhomme m'interpelle un peu???


    Nous nous sommes peut-être croisé au détour d'une partie de billes??? Sincères et cordiales salutations à vous Beauphoebuscool


    Merci Christian, pour ta réponsemoney, de faire vivre ce blog, pour tes recherches et pour tes articles parfois un peu déjantéshappy

    12
    Vendredi 23 Mai 2014 à 20:24

    L'amie Fritz était le prof de gym qui venait surtout le jeudi matin pour les élèves qui préparaient le CEP et le BEPC et pour les autres classes du secondaire sans doute. 1,70m rondouillard, rougeaud, les cheveux coupés en brosse , blond, il avait ou était soi disant aussi un entraineur de l'équipe de France d'athlétisme (!?). Une Simca rouge il me semble et une démarche chaloupante.

    Bien à vous.

    JP.

    13
    Vendredi 23 Mai 2014 à 20:25

    Ami Fritz sans "e". S'cusez !

    14
    Prodo28
    Samedi 24 Mai 2014 à 14:33

    Bonjour à tous !


               Peut-être ais-je été un peu virulent et réactif devant les commentaires et souvenirs de certains franchots..  Je suis le petit-fils de Mr Pronost et de par cette situation familiale, je ne pense pas être mieux placé pour exprimer mes souvenirs de cette personne.  Mais pour ce qui est des caresses appuyées, permettez moi d'en douter.. Comme je le rappelle encore aujourd'hui, je me souviens d'une gifle magistrale et celle là ..que je n'ai pas mérité du reste, n'avait rien d'une caresse croyez-moi. Maintenant, il est difficile d'accepter de voir salir son nom et qu'au bénéfice du doute, je ne peux justifier du contraire aujourd'hui. Sachez cependant que j'ai moi-même été un franchot et le souvenir de cet établissement et des gens que j'y ai connu me resteront à jamais gravés en moi.  Mais ..et pour continuer de parler de . Pronost, le plus douloureux a été de m'adresser à lui de la manière la plus impersonnel qu'il ait été. Ce n'était plus mon grand-père ou mon papy , mon pépé mais.... ... Monsieur ! . Je me souviens cependant qu'en fin de journée , il n'était pas rare de l'écouter conter l'histoire du petit nicolas ou encore de visionner un feuilleton comme Bonenza sur sa télévision éducative ..Car il aimait assez bricoler l’électronique. Si d'aventure, des élèves eut à souffrir de gestes égarés ou de sévices de sa part . En son nom qui est aussi le mien, je le déplore et m'en excuse. Ces époques particulières nous ont tous marqué et par ceux-là je vous rejoins tous. Etre Franchot c'est avoir été marqué au fer rouge , on oublie pas ! Bien à vous

    15
    Samedi 24 Mai 2014 à 15:49

    Dont acte

    16
    KKH
    Samedi 24 Mai 2014 à 18:34

    Ce blog me  déroute par l’ambiance scolaire des donneurs de leçon, on se croirait retourné à l’école, toi tu fais des fautes,  toi tu utilises un mot pour un autre etc…

    C’est avant tout un lieu où l’on échange et l’ou on évoque des souvenirs, et non pas un concoure d’orthographe.

    Même si  il est plus agréable de lire un texte en bon Français et sans faute, un peu de mansuétude monsieur les donneurs de leçons

    A bon entendeur

     

    KKH

    17
    Samedi 24 Mai 2014 à 18:44

    Tudieu ! En v'là un qui prend la mouche ! Un peu d'ouverture d'esprit que diable !

    18
    Dimanche 25 Mai 2014 à 09:44

    C'est bien pour cela que je reproduis in extenso les textes des uns & des autres pour qu' ils gardent toute leur fraicheur (Fraicheur tu parle pour des mecs qui on tous + de 50 ans) & sincérité.

    & aussi que je suis assez mal placer car malgré mes nombreuses années d' écoles & l' acharnement de tous  ces" bons" professeurs mes résultat en orthographe sont assez piteux dans les autres matières aussi

     

    19
    h.denavarre
    Dimanche 25 Mai 2014 à 10:13

    Bonjour prodo28, c'est avec intérêt que je lis votre post. J'ai réagi à votre première déclaration sur le genre humain et "les Franchots" de manière cordiale et sans animosité particulière envers vous ni votre grand-père. J'ai été élevé dans le respect d'autrui et pour cela, je ne me permettrais pas d'émettre un jugement ou des réactions inappropriées envers une ou des personnes que je n'ai pas côtoyé. J'ai un vague souvenir de Monsieur Pronost, lors des récréations et je n'ai jamais entendu une parole déplacée concernant votre grand-père pendant ma période d'internat.


    J'ai compris et je trouve tout à fait normal et généreux que vous preniez la défense de votre grand-père, je pense que j'aurai fait de même! Connaissant le(s)responsable(s) du blog, j'ai été amené à me poser certaines questions sur certaines déclarations tout en restant très prudent sur mes analyses. Qu'il y ait eu des excès et certains comportements "ambiguës" de gens en charge de notre instruction et de notre sécurité, je vous le confirme pour l'avoir vécu de 67 à juin 69. Et je ne pense pas que vous ayez à faire de quelconques excuses  et de battre votre coulpe cinquante ans plus tard.


    Que le directeur de cette institution ait fait preuve d'un manque certain de pédagogie, qu'une" infime" partie de l'encadrement et du personnel enseignant  se soient autorisés à des débordements et comprtements, me parait être acquis depuis longtemps malheureusement! Cordiales et respectueuses salutations à vous, prodo28


    A l'attention de KKH, désolé de vous avoir offusqué, je pensais faire un jeu de mot qui malheureusement à été mal perçu, comme quoi : l'humour ne s'improvise pas! Je vous présente mes sincères excuses.


    Il n'en demeure pas moins que vous avez fait un magnifique et extraordinaire récit de votre expérience et une très belle analyse du comportement "des trois frères"(Humoursarcastic) J'ai de très douloureux souvenirs des battoirs de ce cher directeur( à qui j'ai pardonné depuis très longtemps, à l'époque c'était pour notre bienbad, même si je reste persuadé qu'il(s) pouvai(en)t faire autrement!


    Bien entendu, je préfère vous lire en minuscule et sans colère(Humour! clown, glasses), recevez mes cordiales et respectueuses salutations. Richard Borelli

    20
    h.denavarre
    Dimanche 25 Mai 2014 à 10:29

    A toi mon Christian, tu dois être satisfait car c'est le premier article qui suscite autant de réactions! Ton ami Joan, serait fier de toi!


    Merci à toi de nous offrir cet espace qui permet de belles réactions(quoi que parfois j'ai eu des doutes sur tes compteurs et les visiteurs, qui n'avaient pas grand chose à raconter!) Tu sais que je suis ton plus fidèle admirateur pour l'exceptionnel travail linguistique et orthographique et surtout sur tes énormes progrés concernant le copier/coller! A toi, je sais que tu ne prendras pas la "mouche" ni ne te "vexeras" pas de mon humour à deux balles et six soushe. Tous mes respects et mes cordiales salutations et à bientôt pour un BBQ, embrasse Guillemette

    21
    h.denavarre
    Mardi 27 Mai 2014 à 16:33
    D. Pronost

    Jeudi 13 Mars à 20:11 Eh bien !  C'est unanime L'Institution Franchot vous a bel et bien marqué tous !!    Mais c'est vrai , nous étions TOUS  des anges n'est-ce pas !!  pourquoi tant d'acharnement .  Quand je lis ces conneries, j'ai envie de dire qu'heureusement qu'il existait des institutions comme celles-là.    Au moins dans le lot elle a certainement rempli une partie de sa mission, vous mettre dans le droit chemin car semble-t-il, autant que je m'en souvienne, elle n'avait pas pour vocation de fabriquer des délinquants, voire des criminels .....Ah j'oubliais,   l'éducation aujourd'hui est une belle réussite n'est-ce pas ? on crache sur les profs, on leur dit avec arrogance " nique ta mère "  en faisant des quenelles, sans compter que ces mêmes profs n'ont pas le pouvoir de répliquer, de filer une baffe bien méritée, de punir sous peine de se retrouver au tribunal parce que l'enfant a porté plainte.....Ou doit-on arriver dans la bêtise humaine.! ce faire larder de coups de couteau en pleine récréation sous les yeux hébétés des surveillants ! parce qu'une bande de salopards sème la terreur dans l'établissement et qu'on ne doit pas regarder de travers sans se faire lyncher. C'est ça que vous souhaitiez ?  Interrogeons-nous un peu .  Si ces souvenirs nous ont tant marqué, ce n'est simplement que parce que ces faits ont bercé notre tendre enfance, que nous étions dans une institution de mecs, que nous étions pas les derniers a faire des grosses conneries comme balancer des boulettes avec l'étui d'un stylo, de faire des avions en papier pendant les cours pour qu'a la récré, ce soit à celui qu'il le lancera le plus haut et qu'il plane le plus loin..Tout n'était pas pourri dans cet établissement. Les bonbons de Keller, les paniers de pain et les carrés de chocolat à 4 heures, les séances de ciné sous le préau fermé ou l'on gueulait tous lorsqu'on voyait l'actrice se faire rouler une galoche ...Allez les Franchouïyards, avouez que parfois nous l'avions bien mérité la taloche ou les heures de colle ...A bientôt de vous lire

     

    Cher monsieur, je pense que vous postez aussi sous le pseudo de prodo28

    C'est avec un certain effroi que je viens de m'attarder sur votre commentaire du 13 mars. Vous nous décrivez comme des "revanchards" et des "rancuniers" s'acharnant sur l'institution en charge de notre éducation. Dans votre commentaires, vous nous montrez comme des "c..." racontant des "con......", vous nous décrivez aussi l'évolution et la "réussite" de la nouvelle éducation des années 2014. Effectivement, c'est le deux poids et deux mesures des extrêmes de ce qu'il ne fallait surtout pas faire! Nous n'étions pas des bandits, assassins et encore moins des voyous patentés, réfractaires à l'instruction et à la discipline, nous n'étions pas des "anges", nous étions de jeunes adolescents en pleine croissance et pour beaucoup d'entre nous nous venions de milieu catholique, fils de commerçants et de la petite bourgoisie de l'époque, mais aussi de milieux moins favorisés(ouvriers...).

    Il me semble judicieux que vous analysiez votre descriptif de ce qu'est devenu l'éducation nationale et surtout les trois où quatre dernières générations d'élèves. Analyse qui me semble faite à l'emporte pièce, politiquement correct et avec une certaine hypocrisie(ne vous en déplaise!)

    Oui, je vous le conçois, nous faisions ce que vous appelez des "petites & grosses bêtises"(boules de papier, avions,petites blagues de gamins, escapades). Mais rien de ce que nous voyons aujourd'hui! Nous ne manquions pas de respect, nous n'insultions pas, ne crâchions pas sur nos instituteurs, nous étions respectueux et je ne pense pas que nous méritions les" punitions et sévices" infigés par le staff de cette institution!

    Dans mes commentaires je laisse à chaque fois une place pour les excuses et pour expliquer que: c'était une autre époque!

     

    Je me permets de vous conseiller un très vieux livre de 2006, des éditions Max Milo commenté par 20 personnalités sur un rapport choc de l'Education nationale:

    L'école face à l'obscurantisme religieux  

    Ces 20 personnes réagissaient et commentaient, chacune selon leur optique, la banalisation de l'insulte raciste et antisémite dans certains lycées, la montée du sexisme, l'appauvrissement du niveau linguistique des élèves....

    Des jeunes filles obligées de raser les murs parce qu'elles ne s'habillent pas comme<<il faut>>, des professeurs de lycée censés justifier un cours d'histoire sur les croisades, des élèves qui refusent de déssiner une carte de France<<parce que ce n'est pas leur pays>>, des menaces parfois physiques, contre des enseignants qui évoquent un texte de Voltaire sur Mahomet...

     

    Doit-on jouer un requiem pour l'école laïque, cher monsieur??? C'était en 2006, et oui, aujourd'hui nous avons droit à ce que vous décrivez(regards, couteaux, vindictes). Nous ne souhaitons rien D.Pronost, c'est encore plus d'actualité en 2014 et nous sommes tous coupable d'avoir baissé les yeux et accepté!!!

     

    Moyenne générale d'un bâchelier Académie de Créteil, chiffre 2013: 5/20

    Moyenne générale d'un futur professeur Académie de Créteil, chiffre 2014: 4,7

     

    Le savoir ne vaut que s'il est partagé!
    22
    Mercredi 28 Mai 2014 à 10:59

    Suite sur la qualité de l'enseignement dispensé par notre école celle ci pour ce que j' en connais n'a engendrée aucun grand "hommes" je dirais que la moyenne est le cadre ou l' artisans peu de dirigeants d' entreprise pas de médecin, mais il est vrais que ces dirigeants n’ont pas trop le temps de venir sur trombi , Cd'A ou notre blog . Mais pour avoir un meilleur aperçu de cela donnez moi votre profession soit par les commentaires ou via la messagerie du blog, on verra bien ce que cela donne sur les 280 franchots que nous avons recensé.

    23
    h.denavarre
    Mercredi 28 Mai 2014 à 19:12

    Avec plaisir cher francho(petit bonhomme bleu), j'ai soixante ans et je suis chômeur. Parti de rien pour arriver nulle part(Groucho Marx, le grand Julius Marks)!


    Certificat d'étude, 5&4è Franchot, CAP de coiffure 1973, armée 1974, Technicien télécom Trindel et IUT de St Denis,Chômeur (3 mois) Technicien électricité & électronique/ Pneumatique école d'ingénieurs formation continue Paris, Artisan et chef d'entreprise (SARL AAR), Chômeur(9 mois), Technicien Maintenance micro-informatique & Réseaux et fin de carrière comme chômeur en CSP et ARE(14 mois), en formation Pépinière d'entreprises pour encore 4 mois(juste pour m'occuper l'esprit). En clair un autodidacte et fier de l'être!A qui le tour??????????????????


    Actuellement j'écris un livre et j'espère être le prochain "Goncourt"(mais il y a du boulot!), j'ai le titre du livre et je regarde ma page blancheintello

    24
    Mercredi 28 Mai 2014 à 19:51

    Page blanche j'aime bien ...c'est pas trop dur à lire

    25
    h.denavarre
    Samedi 31 Mai 2014 à 01:12

    Alors Franchot(petit bonhomme bleu), personne n'ose décrire son parcour professionnel??? Certains s'offusquent et se vexent en majuscules et dans de grandes tirades sur la jeunesse, le genre humain & les Franchots",l'éducation nationale... Tu as raison Christian, ces cinq décennies passées n'ont pas apporté de "grands hommes" comme tu l'écris si bien, heureusement que la Médecine et la recherche nous sauvent du marasme où notre pays s'enfonce inexorablement! Pour le reste: Mé(r)dias de l'audiovisuel, politiques, presse écrite...zéro pointé, c'est la meilleure note que je puisse décerner!


    Allez je crois que je vais virer avec perte et fracas le lien de ce blog de mes Favoris, bien à vous tous

    26
    h.denavarre
    Samedi 31 Mai 2014 à 01:16

    Désolé, rajoutait un "s" à parcours, sinon les VILAINS VONT SE METTRENT EN COLERE ET PAN PAN CUCU

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :