• Commentaire de DB... qui est DB????

    C’est un mauvais roman de Modiano de revoir ces visages, ces photos, ces noms dont certains sonnent en effet comme connus à mes oreilles. Je vis loin de ces souvenirs enfouis, de ce Keller surveillant général et sa petite boutique ouverte à 16h et où on pouvait acheter des roudoudous et autres friandises...les douches le jeudi soir. Bref rien de superbe, pourtant c’était les années 60, mais je n’ai rien senti de ces années, un cloître, une pension, un lieu fermé....depuis je voyage, je supporte aucun mur! Ciao à vous tous et mort aux Pronost, Bouteilly et Muraille l’infâme des cagoules avec son éternel béret vissé sur sa tête, toute cette bande d’anciens collabos, tout ça puait Maréchal nous voilà! D’un château l’autre, d’un pensionna l’autre...


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    DB
    Samedi 8 Décembre 2012 à 20:54
    DB est un ancien de l’institut Franchot qui vit loin de Choissy, de Paris, de la France, il vogue ailleurs sous d’autres latitudes. Je me souviens que lundi midi on avait le droit à un riz à la sauce tomate absolument infâme, qua la cantine n’était pas très loin du bureau- infirmerie de la directrice...ici je recolle les morceaux de souvenirs qui me reviennent en vrac, alors pour paraphraser Perec: je me souviens qu’il y a avait un type qui s’appelait Aimey (ou un nom comme ça) et qui jouait au foot comme un Dieu, que dans une classe au deuxième, il y avait une reproduction du tableau du casque d’or de Rembrandt, que les chiottes puaient la merde et la chaux et que certains aimaient y fumer, qu’on se torchait cul avec du papier journal, qu’un élève arrivait en moto, une Honda 750 qu’il garait soigneusement sous les hauts marronniers, que le catéchisme se faisait au fond de la cours des petits dans une classe mal chauffée avec un curé doucereux et tout onctueux, qu’on passait le jeudi pour aller au Parc devant un cinéma qui passait le vieil homme et l’enfant de Claude Berry (1967), que Muraille était le pire des hommes de cette pension, qu’on montait à la corde pendant la gym sous le préau, que le samedi midi on l’attendait comme l’arrivée du messie, que je me souviens de mon numéro de linge symbole jusqu’à présent de mauvais sort, de danger..., qu’on portait des blouses même en promenade et toujours deux par deux, je me souviens des sorties en juin en forêt de fontainebleau...de la DS noire de Boutilly, identique à celles d’un ministère de l’époque, je me souviens quand de Gaulle est mort, de mai 68 et du manque d’essence, des fugues de certains qu’on ramenait comme des prisonniers peu victorieux et piteux, on se souvient de la pluie l’automne et comment on rêvasse à son doux crépitement, des odeurs des escaliers en bois qui sentent l’encaustique, les chaussures que l’on cire, le cirque Pinder qu’on regardait le jeudi soir....Je me souviens sans nostalgie de tout ça...
    Salut les anciens combattants à une prochaine...
    2
    Borelli
    Dimanche 9 Décembre 2012 à 12:28

    Cétait effectivement comme ca, seul petit bémol: l'élève et la honda, (qui je pense) correspondait à un surgé petit et teigneux qu'il garait effectivement sous les marronniers. Pour le reste, l'odeur des chiottes, le cathé,le parc, la gym, la DS , Pinder, Fontainebleau, sans nostalgie OUI. J'étais un des fugueurs(le samedi soir) qui m'échappait au fond des cours de récré, là où avait commenccé les travaux de réhabilitation du nouveau Choisy(68/69), putain que la palissade de chantier et le trou des travaux étaient haut(3 M pour la palissade et autant pour l'excavation creusée par les engins de terrassement), mais que c'était bon de s'échapper pour quelques heures,de courir dans Choisy en pensant avoir la maréchaussée à ses trousses. D'aller me réfugier chez un oncle(à Villeneuve le Roi)  qui me dénoncait un peu plus tard et me ramenait piteux et vaincu, prêt à accepter la ou les punitions à venir. OUI SANS NOSTALGIE. NON MURAILLE N'ETAIT PAS LE PIRE, LES CORRECTIONS DU DIRLO LORS DE LA REMISE DES NOTES VALAIENT SON PESANT D'OR/ LES REGLES SOUS LES GENOUX AUX DORTOIRS LE SOIR AU COUCHER PENDANT DE LONGUES HEURES INFLIGE PAR LE(S) SURGE(S ). LES CARRESSES DEMANDEES PAR CERTAINS 4èm QUI DECOUVRAIENT LEURS SEXUALITES. IL EST BON DE NE PAS AVOIR LA MEMOIRE SELECTIVE MEME 40 OU 50 ANS APRES!

    3
    GT
    Lundi 14 Novembre 2016 à 12:42

    Je tombe, à un moment de nostalgie ou j'ai tapé "Franchot" dans Google, sur vos commentaires.

    et vous trouve bien sévères !

    Entrer chez Franchot a été ma plus grande chance, et le meilleur que mes parents aient fait pour moi. Mon père était petit artisan et ma mère employée de bureau : la charge de la pension était donc lourde.

    On m'avait mis là en 4ème, parce que mes résultats scolaires étaient déplorables, et en deux ans ces braves gens ont fait de moi un élève brillant qui a fini BAC+5.

    Je repense souvent à Monsieur Keller, prof d'anglais improbable avec son accent alsacien, accessoirement Censeur, il m'a appris la confiance en soi, et ce n'est pas rien ! Aujourd'hui je souris quand mes amis anglophones me disent que j'ai un drôle d'accent ...

    Je conserve une grande tendresse pour Mlle MICHOU, prof de français d'un autre siècle qui connaissait par coeur les grands auteurs, pour Monsieur BOUEE, prof de maths et physique chimie  génial qui pouvait rester des heures à vous parler de Pythagore.

    Je croise quelquefois le mec à la Honda, il n'a jamais eu son brevet et est toujours aussi con.

     

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :